À mon sujet

Je m’appelle Patrick Michel.

J’adore courir. Que je coure 10 km ou 3 209 km, ma passion pour la course à pied est une constante dans ma vie. Depuis plus d’une décennie, cette passion ne s’est jamais évaporée. En fait, elle se renforce d’année en année.

Lorsque je m’investis dans une cause

Je n’ai jamais été un athlète. En fait, à ce jour, je crois toujours que je n’en suis pas un. Je suis un coureur d’endurance, le type de coureur le plus incompris.

Qu’est-ce qu’un coureur d’endurance?

Un coureur d’endurance est un coureur qui se croit un coureur d’endurance. En d’autres termes, il a la conviction inébranlable qu’il peut endurer tout ce que la course à pied lui présente à chaque fois qu’il décide courir. Quand il parcourt une distance qui teste son corps, son esprit et son âme, le poussant au-delà du point où tout en son être lui crie d’arrêter, il est un coureur d’endurance. Qu’il s’agisse d’une course de 5 km ou de 5000 km, persévérer au-delà de votre seuil d’endurance actuel fait de vous un coureur d’endurance. Ce qui est excitant, c’est que chaque fois que vous poussez plus fort et que vous triomphez, vous augmentez un peu plus votre capacité à endurer et vous devenez un coureur d’endurance encore plus résistant.

Les gens regardent souvent les coureurs comme moi avec admiration et envie. Ensuite, ils se demandent quel genre de personne planifie volontairement sa souffrance et en apprécie chaque minute. Ils nous voient comme des personnes accros, irresponsables, égocentriques, égoïstes, obsédées et à la limite de la folie.

En réalité, nous sommes passionnés, dévoués et animés par un désir inébranlable de nous améliorer. Nous aimons repousser nos limites et nous nous efforçons de devenir de meilleurs individus. Courir sur de longues distances est inexplicablement positivement transformateur. Mais vous devez être prêt à en payer le prix. C’est une tâche difficile.

Je ne suis en aucun cas unique. Partout dans le monde, des centaines de milliers de personnes pratiquent la course d’endurance. Mais à mesure que les distances s’allongent, le nombre d’individus disposés à se soumettre à la souffrance requise diminue rapidement. Ce n’est plus une question d’endurance physique. Ça devient une question de force mentale.

Cette capacité mentale à surmonter tout ce que la vie vous présente est un des véritables bénéfices tangibles de la course d’endurance.

J’aimerais vous aider à explorer cet univers, mais vous devez être prêt à faire le premier pas en me contactant.

J’ai hâte que vous le fassiez.

P.